L'Indre en Berry La Berrichonne de Châteauroux
Retour à la liste des actualités | 20 Novembre 2020 |
CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE

CHÂTEAUROUX - SOCHAUX

Avant cette prochaine réception en Championnat Ligue 2 BKT, le Coach est passé devant les micros des journalistes pour faire le point lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant-match…

 

Quinze jours sont passés depuis la dernière réception. Du temps pour travailler, du temps pour libérer la parole, du temps pour vider les têtes. Un nouvel adversaire est en approche à Gaston Petit et la volonté du groupe est une nouvelle fois de prendre le maximum de points à l’issue du match. En attendant, Nicolas USAÏ est passé devant les micros des journalistes pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match.

Retrouvez des informations sur la rencontre à venir en cliquant ici.

Retour sur la dernière réception…

« Il a fallu évacuer la dernière défaite. Le fait qu’il n’y ait pas eu de match à préparer la semaine passée a fait que j’ai mis plus de temps que d’habitude sur ce point… Je me suis adressé au groupe mercredi. J’ai eu quelques discussions avec certains lundi et mardi, mais je n’ai véritablement parlé à l’ensemble du groupe que le mercredi. Pour la première fois depuis que je suis au club, l’ensemble des joueurs a regardé l’intégralité du match, normalement je prépare des montages pour que ça ne soit pas trop long. C’était la première fois qu’on faisait ça : pour justement mettre l’accent sur les attitudes. Après ça, je leur ai dit ce que je pensais. J’ai eu des mots forts, au sens propre comme au figuré. Vous avez tous vu le match, il y a le résultat et les attitudes et le contenu : on a été dégueulasse. Sincèrement, je ne veux pas en parler plus et rester focalisé sur le match de demain soir. Je ne veux plus parler de ce match contre Pau, de ce qu’il s’est passé, de ma situation… Je veux rester focaliser sur les 18 joueurs convoqués et les 11 qui démarreront demain, pour être dans les meilleures dispositions pour affronter un adversaire qui jusqu’à présent n’a jamais perdu à l’extérieur et n’a encaissé qu’un seul but hors de ses frontières. Je ne veux pas regarder derrière, mais devant, en étant conscient qu’il faudra être très performant pour bouger cette équipe de Sochaux. »

 

Une réaction forte attendue.

« J’attends une réaction par rapport aux attitudes. Mais c’est toujours pareil : c’est un match face à un adversaire en face de nous, qui a des qualités et des points faibles. Mais il y a toujours un rapport de force à instaurer. Bien sûr que j’attends une réaction, mais tout le monde attend ! Le groupe attend, les uns envers les autres : collectivement on attend tous quelque chose. Les dirigeants attendent. Les supporters attendent. Le staff attend. Les administratifs du club attendent. J’attends. On attend tous ! Les joueurs en sont conscients. Il ne faut pas sous-estimer la capacité de réflexion et l’intelligence des joueurs de football. Ce sont des gens bien, ils sont conscients de la situation. On a enchaîné trois défaites et la dernière connue à Gaston Petit c’était de la merde. Je paraphrase l’entraineur de Marseille. Demain soir, je veux voir des footballeurs sur le terrain. Il n’y a pas à attendre des chiens de la casse, des chiens affamés… Un footballeur doit être capable de récupérer des ballons, de défendre, d’attaquer et de donner le maximum sur le terrain. Ça doit être exactement la définition d’un footballeur de haut niveau et quand on est professionnel en Ligue 2 : on est considéré comme un footballeur de haut niveau. »

 

La préparation du match a changé ?

« On a fait pas mal de chose en quinze jours. Des choses ont changé un peu, effectivement. Beaucoup de jeunes ont été intégrés au groupe dernièrement, ces jeunes doivent être appelés dans les moments propices… Là ils sont rentrés dans un moment difficile… Donc par rapport au groupe qui va être annoncé, vous pourrez vous apercevoir qu’il y a beaucoup d’expériences. Dans les moments difficiles, quand le bateau est en train de bouger fortement et qu’il y a un peu de tempête : on a besoin que les cadres s’affirment. Ils doivent reprendre en main le navire, nous on est là pour fixer le cap, mais ce sont eux qui seront sur le terrain demain soir. Les derniers résultats des tests PCR sont tous négatifs, on a donc tout le monde à disposition hormis Opa SANGANTE qui est suspendu. Mais… J’aurais pu, ces dernières semaines, pleurer devant vous en disant « A cause du COVID, il manque des joueurs… etc. etc.. » Mais, ça ne fait pas partie des valeurs du club ni de ma façon de travailler, de se trouver des excuses pour des contres performances. Ces contres performances, il faut les regarder en face et les assumer. Je vous le répète, le premier responsable de la bouillie qui a été proposée il y a quinze jours : c’est moi ! »

 

L’objectif pour demain ?

« Le mot d’ordre c’est la prise de conscience ! On est habitué à ce genre de situations et à jouer des maintiens mais plus tôt on en prend conscience, mieux c’est. On doit mettre de l’intensité et répondre à cette intensité. Sochaux est une équipe qui défend très bien. Je connais très bien l’entraîneur de Sochaux et ses principes de jeu donc effectivement il ne va pas falloir se lancer dans des attaques placées en prenant des risques car on risque de se faire punir. Mais d’un autre côté il faudra se créer des occasions… Donc on aura des moments forts, et c’est dans ces phases de jeu qu’il faudra faire en sorte de mettre en difficulté cet adversaire qui, je le répète, n’a pris qu’un seul but à l’extérieur cette saison. »

 

Avez-vous parlé avec les joueurs concernant certains propos tenus dans la presse ?

« Le sujet a été évoqué par le Président et le Président Délégué pour simplement expliquer certaines choses à des joueurs qui ne savaient pas trop ce qu’il se passait. Ils ont pris la parole lundi. Mais de mon côté… Il y a tellement de choses à penser sur le plan technico-tactique, sur la mise en place de l’équipe, des mots qu’il faut trouver pour aborder ce match dans les meilleures conditions… Je ne suis pas rentré dans ce sujet ! J’ai simplement entendu que deux joueurs ont été cités, taillés même. L’important est qu’il y ait une grosse solidarité dans le groupe et il faut la retrouver sur le terrain le samedi à 19h00 car pour nous il n’y a que ça qui compte ! Je sais que je suis quelqu’un de bienveillant, je sais que je suis quelqu’un de sympathique, mais je suis un entraineur de football. Si je n’avais que les dernières qualités citées : je deviendrais Directeur de Centre Social. »