L'Indre en Berry La Berrichonne de Châteauroux
Retour à la liste des actualités | 09 Janvier 2020 |
Conf' de presse d'avant-match !

Conférence de presse d'avant-match !

RODEZ AVEYRON FOOTBALL

 

Pour cette 20ème journée de la saison 2019/2020, les hommes de Nicolas USAÏ se déplacent chez l’un des promus de cette saison en Domino’s Ligue 2 : le club de Rodez.

Le rendez-vous est donné : demain à 20h, pour affronter les joueurs de Laurent PEYRELADE !

Pour l'heure, Nicolas USAÏ s'est exprimé aux micros des journalistes lors de la conférence d'avant-match...

Rebondir en 2020…

« On ne va pas commencer à parler de match « couperet » ! Ces matchs-là arriveront au printemps. Mais on a un calendrier où on va affronter 3 équipes qui vont jouer le maintien : Rodez, Niort et Chambly. On commence dès demain soir par Rodez, qui est une équipe solide qui a fait un bon parcours en début de saison. C’est une équipe qui joue avec un système particulier, à 3 ou à 5 derrière avec une sentinelle devant. Ils savent mettre de la vitesse dans la verticalité… C’est un match important, il n’y a pas de doute. Ils ont un peu plus de mal depuis quelques matchs, de plus leur capitaine s’est blessé dimanche dernier en Coupe de France… J’ai regardé le match, c’était loin d’être un match évident. Mais malgré tout mon ancien club a montré de belles choses. On s’est préparé cette semaine dans l’optique de pouvoir surprendre cette équipe de Rodez. La maitrise technique collective nous a fait défaut en cette première partie de saison… Que l’on veuille jouer haut, ou bas, avec un bloc médian, avec de la verticalité, ou autre… il faut toujours être adroit avec le ballon ! C’est l’objectif principal : avoir une meilleure maitrise technique collective. Le lien entre les milieux et les attaquants a été difficile à trouver. On connaît le jeune âge de nos joueurs offensifs, mais au-delà de ça, on doit être capable de trouver des connexions de jeu avec tous ces joueurs offensifs. J’assume mon rôle, je suis le capitaine du bateau, c’est à moi en premier de trouver les solutions. »

 

Un match qui pourrait nous relancer ?

« On ne peut jamais savoir comment une saison complète peut se passer ! L’année passée on avait très bien commencé avant de connaitre un creux monumental en hiver, donc on ne peut pas se projeter. Le plus important est de se projeter de match en match. Ici, nous sommes concentrés sur Rodez, et ça serait très bien de commencer l’année avec un résultat positif, c’est toujours plus simple, avant d’accueillir un nouveau joueur, Gilles SUNU, qui va apporter quelque chose en plus. J’ai découvert des joueurs très intéressants dans l’effectif de Rodez, et évidemment, on se rappelle tous de notre match de préparation contre eux en début de saison à Limoges : on avait beaucoup eu le ballon, mais ils nous avaient puni à chacune de leurs actions offensives... Comme eux, nous avons l’objectif du maintien, ça ne sera pas un match facile. »

 

Un mot sur Gilles SUNU, nouveau « Bleu et Rouge »…

« Ça peut créer une émulation, c’est vrai ! Mais au-delà de ça, c’est toujours bien qu’un joueur qui intègre un groupe fasse l’unanimité ! Tout le monde avait envie qu’il nous rejoigne : les dirigeants, les administratifs, le staff technique… C’est un garçon qui a été formé ici et je suis très heureux ! On parle souvent de valeur, ce n’est pas cette notion qui fait gagner des matchs, mais c’est très important… Quand je vois que Razak BOUKARI nous a rejoints en 2017 alors qu’il avait 29 ans, que Romain GRANGE nous rejoint cet été à 30 ans, et maintenant que Gilles SUNU nous rejoint à 28 ans ; on s’aperçoit qu’il ne s’agit pas là de joueurs en fin de carrière, ils sont en pleine force de l’âge ! Ça envoie des signaux ! On a le sentiment et la confirmation qu’il fait bon vivre à Châteauroux et à La Berrichonne ! Gilles est un garçon qui a de l’expérience avec 161 matchs en Ligue 1 et qui avait ce désir de retrouver son club formateur. L’idée de son arrivée est également qu’il puisse accompagner nos jeunes attaquants, pour les faire progresser. Razak BOUKARI est en phase de réathlétisation, et je ne peux pas m’empêcher de penser à une attaque à trois : BOUKARI – GRANGE – SUNU… C’est excitant… ! Il va attirer tous les regards, c’est inévitable, mais comme Romain, il ne pourra pas nous maintenir à lui tout seul ! On l’évoquait tout à l’heure, on doit pouvoir nous améliorer techniquement pour le mettre dans les meilleures dispositions. Il fait partie des joueurs « plus » pour créer des déséquilibres, mais il ne le fera pas seul. »