L'agenda
Décembre 2017
D L M M J V S
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Voir nos évènements

 

Bienvenue sur le site officiel de
la Berrichonne Football de Châteauroux

L'agenda
Décembre 2017
D L M M J V S
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Voir nos évènements

 

Bienvenue sur le site officiel de
la Berrichonne Football de Châteauroux

Journée 19, pronostics ouverts jusqu'au vendredi 15 décembre à 20h00.
Vos pronostics
ACTUALITÉS

Coupe de France Féminines

Venez soutenir notre équipe Féminine en Coupe de France face au C.S Changé 72, dimanche 10 décembre à 14h30 !

 

                                                                         ------------------------------------

 

Entrevue avec Julien BERNARD, entraineur des Séniors Féminine

 

Peux-tu faire un résumé de votre parcours en Coupe de France jusqu’à présent ?

« On était exempt du 1er Tour, on a donc joué contre Touvent au 2nd Tour où l’on a gagné 4-0 ici. Ensuite, pour le 3ème Tour, on a rencontré l’équipe de Chartre, qui évolue en Division d’Honneur donc à un niveau au-dessus de nous et on gagne 6-0, toujours à domicile. Pour le 4ème Tour on a gagné 4-1 contre l’entente Fosses Marolles qui est une équipe qui est au même niveau que nous et à l’issue de ce 4ème Tour, il ne reste plus que 3 équipes dans la région qui participent au premier Tour National. A ce niveau-là, la France est divisée en 8 parties et ensuite c’est plutôt l’aspect géographique qui est pris en compte. De plus, ce Tour marque l’entrée des clubs de D2 Féminine.
Il faut savoir que la dernière fois qu’un club de l’Indre a atteint un 1er Tour National, c’était il y a 4 ans lors de la saison 2013-2014 avec l’équipe de Vineuil Brion où j’étais déjà l’entraineur à cette époque. On avait fait ce 1er Tour National à Sainte-Luce à côté de Nantes et puis on s’était qualifié en 32ème de finale dans la foulée sur Limoges, à Nieul où l’on avait perdu 3-1 et voilà mauvais souvenir, un terrain détrempé face à une équipe du même niveau que nous.
3 joueuses du groupe actuel faisaient déjà partie de l’aventure avec Vineuil et qui ont donc déjà joué à ce niveau de compétition. Sachant que ce n’est pas tous les ans que l’on peut jouer un évènement comme celui-ci, qui plus est pour nous La Berrichonne, qui venons de créer la section féminine.
De plus, il n’y a plus que 6 équipes d’Interdistrict dans toute la compétition, le reste ce n’était que des équipes de Division d’Honneur ou de D2 donc ça situe un petit peu le niveau de la performance.

Vous sortez d’une victoire 5-0 ce week-end, vous êtes 1er au classement et toujours invaincue, penses-tu que la Coupe de France est de bonne augure aux vues des performances actuelles de l’équipe ?

« On est 1er au classement avec 2 points d’avance et un match de moins que les autres équipes. C’est toujours positif parce que ça donne de la confiance pour la suite, mais la Coupe de France c’est comme chez les garçons, sur un match tout est possible et on a pu le constater lors de notre 3ème Tour face à Chartres, qui est une équipe d’une division supérieure et où les filles étaient très motivées. On fait une super entame de match où l’on mène 2-0 au bout de ¼ d’heure et ensuite, c’est plus simple de dérouler (victoire finale 6-0).
Le championnat c’est notre pain quotidien et c’est aussi au travers de ça que l’on vit, la Coupe de France c’est juste la cerise sur le gâteau et ça permet de mettre en valeur la création de cette section féminine sans oublier qu’il n’y a pas que les Séniors, il y a les U19 derrière, mais aussi des plus petites avec les U11F, donc le but c’est vraiment de mettre un coup de projecteur sur l’ensemble de la section et il faut que notre performance serve à cela. »

Comment abordez-vous ce match de Coupe de France dimanche, quel est l’état d’esprit des joueuses ?

« On prend les matchs les uns après les autres, ça nous a servi aussi de cohésion parce que passer ces tours plus le championnat ça permet de souder le groupe et puis de maintenir tout le monde à l’entrainement avec de l’intensité et l’envie de décrocher sa place pour jouer dans l’équipe ce dimanche-là.
La préparation est un peu différente, à ce tour-là et déjà au tour précédent on mange ensemble, on se donne rendez-vous vers 11h et on mange ici au niveau du siège et l’idée c’est déjà de se mettre dans le contexte du match. Après le repas on fait une causerie et ensuite les filles vont aux vestiaires pour se préparer et l’échauffement par contre reste le même, on ne perturbe pas les habitudes sur le terrain.
Les entraînements sont identiques, après l’idée c’est de dédramatiser ce match là parce que pour certaines ça sera nouveau. Il y a 2 joueuses qui ont 17 ans, 3 qui ont 18 ans donc ça peut vite monter à la tête et peut entrainer des contre-performances, ce qui n’est pas le but et je pense qu’il y aura assez de monde autour du terrain le jour J pour, peut-être faire gamberger un peu les têtes, mais une fois que l’on sera dedans, on ira à fond. Le problème c’est qu’il ne faut pas jouer le match avant, tout le monde a l’air motivé par l’enjeu et elles ont fait une séance très satisfaisante. Hier soir à l’entrainement pas de paniques ou d’alertes particulières, ça permet quand même d’avoir des exigences un peu plus élevées qui si on avait été éliminé de cette Coupe, on maintient tout le monde sous pression avec une envie d’aller le plus loin. C’est positif et ça rejaillit forcément sur l’état d’esprit du groupe et je pense que la pression va monter tranquillement d’ici la fin de semaine. »

As-tu quelque chose à ajouter ?

« On espère avoir un maximum de monde, j’espère qu’on en vivra lors des prochaines saisons parce que comme je l’ai dit ce n’est pas tous les ans donc je pense qu’il faut profiter du moment présent.
Aujourd’hui ça va à une vitesse incroyable, tous les évènements s’enchaînent et c’est bien dommage que l’on ne puisse pas faire de pause parce que ça mériterait d’être relevé.
Et puis on va pouvoir parler de la section féminine de La Berrichonne de Châteauroux de manière très positive au travers de ce match de dimanche et je pense que la création de cette section est un plus pour le club et un atout pour l’avenir. » 

 

Merci Julien pour cet échange

Coupe de France Féminines

Venez soutenir notre équipe Féminine en Coupe de France face au C.S Changé 72, dimanche 10 décembre à 14h30 !

 

                                                                         ------------------------------------

 

Entrevue avec Julien BERNARD, entraineur des Séniors Féminine

 

Peux-tu faire un résumé de votre parcours en Coupe de France jusqu’à présent ?

« On était exempt du 1er Tour, on a donc joué contre Touvent au 2nd Tour où l’on a gagné 4-0 ici. Ensuite, pour le 3ème Tour, on a rencontré l’équipe de Chartre, qui évolue en Division d’Honneur donc à un niveau au-dessus de nous et on gagne 6-0, toujours à domicile. Pour le 4ème Tour on a gagné 4-1 contre l’entente Fosses Marolles qui est une équipe qui est au même niveau que nous et à l’issue de ce 4ème Tour, il ne reste plus que 3 équipes dans la région qui participent au premier Tour National. A ce niveau-là, la France est divisée en 8 parties et ensuite c’est plutôt l’aspect géographique qui est pris en compte. De plus, ce Tour marque l’entrée des clubs de D2 Féminine.
Il faut savoir que la dernière fois qu’un club de l’Indre a atteint un 1er Tour National, c’était il y a 4 ans lors de la saison 2013-2014 avec l’équipe de Vineuil Brion où j’étais déjà l’entraineur à cette époque. On avait fait ce 1er Tour National à Sainte-Luce à côté de Nantes et puis on s’était qualifié en 32ème de finale dans la foulée sur Limoges, à Nieul où l’on avait perdu 3-1 et voilà mauvais souvenir, un terrain détrempé face à une équipe du même niveau que nous.
3 joueuses du groupe actuel faisaient déjà partie de l’aventure avec Vineuil et qui ont donc déjà joué à ce niveau de compétition. Sachant que ce n’est pas tous les ans que l’on peut jouer un évènement comme celui-ci, qui plus est pour nous La Berrichonne, qui venons de créer la section féminine.
De plus, il n’y a plus que 6 équipes d’Interdistrict dans toute la compétition, le reste ce n’était que des équipes de Division d’Honneur ou de D2 donc ça situe un petit peu le niveau de la performance.

Vous sortez d’une victoire 5-0 ce week-end, vous êtes 1er au classement et toujours invaincue, penses-tu que la Coupe de France est de bonne augure aux vues des performances actuelles de l’équipe ?

« On est 1er au classement avec 2 points d’avance et un match de moins que les autres équipes. C’est toujours positif parce que ça donne de la confiance pour la suite, mais la Coupe de France c’est comme chez les garçons, sur un match tout est possible et on a pu le constater lors de notre 3ème Tour face à Chartres, qui est une équipe d’une division supérieure et où les filles étaient très motivées. On fait une super entame de match où l’on mène 2-0 au bout de ¼ d’heure et ensuite, c’est plus simple de dérouler (victoire finale 6-0).
Le championnat c’est notre pain quotidien et c’est aussi au travers de ça que l’on vit, la Coupe de France c’est juste la cerise sur le gâteau et ça permet de mettre en valeur la création de cette section féminine sans oublier qu’il n’y a pas que les Séniors, il y a les U19 derrière, mais aussi des plus petites avec les U11F, donc le but c’est vraiment de mettre un coup de projecteur sur l’ensemble de la section et il faut que notre performance serve à cela. »

Comment abordez-vous ce match de Coupe de France dimanche, quel est l’état d’esprit des joueuses ?

« On prend les matchs les uns après les autres, ça nous a servi aussi de cohésion parce que passer ces tours plus le championnat ça permet de souder le groupe et puis de maintenir tout le monde à l’entrainement avec de l’intensité et l’envie de décrocher sa place pour jouer dans l’équipe ce dimanche-là.
La préparation est un peu différente, à ce tour-là et déjà au tour précédent on mange ensemble, on se donne rendez-vous vers 11h et on mange ici au niveau du siège et l’idée c’est déjà de se mettre dans le contexte du match. Après le repas on fait une causerie et ensuite les filles vont aux vestiaires pour se préparer et l’échauffement par contre reste le même, on ne perturbe pas les habitudes sur le terrain.
Les entraînements sont identiques, après l’idée c’est de dédramatiser ce match là parce que pour certaines ça sera nouveau. Il y a 2 joueuses qui ont 17 ans, 3 qui ont 18 ans donc ça peut vite monter à la tête et peut entrainer des contre-performances, ce qui n’est pas le but et je pense qu’il y aura assez de monde autour du terrain le jour J pour, peut-être faire gamberger un peu les têtes, mais une fois que l’on sera dedans, on ira à fond. Le problème c’est qu’il ne faut pas jouer le match avant, tout le monde a l’air motivé par l’enjeu et elles ont fait une séance très satisfaisante. Hier soir à l’entrainement pas de paniques ou d’alertes particulières, ça permet quand même d’avoir des exigences un peu plus élevées qui si on avait été éliminé de cette Coupe, on maintient tout le monde sous pression avec une envie d’aller le plus loin. C’est positif et ça rejaillit forcément sur l’état d’esprit du groupe et je pense que la pression va monter tranquillement d’ici la fin de semaine. »

As-tu quelque chose à ajouter ?

« On espère avoir un maximum de monde, j’espère qu’on en vivra lors des prochaines saisons parce que comme je l’ai dit ce n’est pas tous les ans donc je pense qu’il faut profiter du moment présent.
Aujourd’hui ça va à une vitesse incroyable, tous les évènements s’enchaînent et c’est bien dommage que l’on ne puisse pas faire de pause parce que ça mériterait d’être relevé.
Et puis on va pouvoir parler de la section féminine de La Berrichonne de Châteauroux de manière très positive au travers de ce match de dimanche et je pense que la création de cette section est un plus pour le club et un atout pour l’avenir. » 

 

Merci Julien pour cet échange